Urine dans le quartier Gare de Lyon : la SNCF tente une solution

uritonnoir-011

Cela fait plus d’un an que nous ne publions plus sur ce blog. Le manque de mobilisation des habitants de la place Frenay explique notre démobilisation. A quoi bon se donner du mal si les premiers intéressés ne se prennent pas par la main pour résoudre les problèmes qu’ils n’ont de cesse de pointer du doigt ?

Le bonheur est dans l’urinoir

Sur la mobilisation, l’actualité est peut-être en train de nous faire mentir, mais elle ne vient pas des habitants du lieu. Déjà, lors de l’appel à projets pour le dernier Budget Participatif, le sujet de l’urinage sauvage dans la capitale était soulevé par plusieurs Parisien-nes, avec un certain nombre de propositions intéressantes parmi lesquelles celle de l’installation d’urinoirs adaptés :

Sur ce sujet, nous avions été pionniers dans notre article du 16 novembre 2014 en indiquant la solution des urinoirs pour la place Henri Frenay. Le projet d’un jeune designer présenté par nos amis de Toits Vivants nous avait semblé intéressant, mais difficilement acceptable par les autorités communales.

La SNCF veut se soulager

C’était il y a deux ans. Depuis, l’idée semble néanmoins faire son chemin lentement et peut-être sûrement. L’ouverture arrivera du côté de la SNCF, nos proches voisins. La killer application ? Elle vient de Nantes et se nomme Uritrottoir. On la doit à Faltazi une agence de design nantaise qui croit aussi en la valorisation de l’urine (voir notre article « Les superpouvoirs de l’urine« ).

urnoir

La compagnie des chemins de fer va installer en janvier un exemplaire de cet urinoir végétalisé sur l’allée de Bercy qui surplombe la rue de Bercy.

La place Frenay… attendra !

Pour nous, riverains de la place Henri Frenay, c’est une demi-bonne nouvelle. L’initiative de la SNCF va dans le bon sens, mais pourquoi n’installer qu’une seule de ces vespasiennes qui plus est sur une voie qui n’est pas la plus passante du quartier de la gare de Lyon ? 3000 euros (le prix d’un Uritrottoir), c’est une paille pour la SNCF. Un deuxième exemplaire eut été très utile sous nos arcades copieusement et quotidiennement arrosées. Il est très probable que ce couloir de l’urine soit du ressort de la Ville de Paris qui n’a pas encore mis en application ce qu’elle promettait à l’issue du Budget Participatif. Espérons que la bonne idée de la SNCF sera probante et qu’elle entraînera la municipalité dans son sillage.

compostage-uritrottoir

Florilège d’urinoirs innovants

Dans notre époque passionnée par le revival et la mode vintage, l’intérêt pour les urinoirs revient en force jusqu’à en faire un nouvel objet culte de notre mobilier urbain. Pour vous en convaincre, allez donc visiter cette page Pinterest et vous comprendrez.

Dans le lot, un modèle a attiré notre attention : l’Uritonnoir, une autre œuvre de Faltazi qui invente l’urinoir à demi pliant, mais surtout COMPOSTABLE ! Un must…

schema-boucle-03

L’urine : une ressource qui a la cote chez les Parisiens

Qui aurait cru que nos chroniques sur l’urine sur la place Henri Frenay auraient trouvé des adeptes ailleurs à Paris ? Qui aurait cru que ce qui passe généralement pour un vulgaire excrément passionnerait autant nos concitoyens au point de proposer des projets pour le futur budget participatif que nous soutenons ?

Sur idee.paris, la pisse fait un carton !

Eh bien si ! Il suffit pour s’en convaincre de chercher parmi les milliers de propositions qui affluent chaque jour. Une simple recherche sur le mot-clé « urine«  et l’on obtient au 10 mars, c’est-à-dire à 4 jours de la clôture, 60 résultats ! En fouillant un peu plus, on trouve ce genre de propositions :

Castrer et punir

Je passe sur les demandes d’installation d’urinoirs, de toilettes publiques supplémentaires et de sanisettes qui sont légion. Une constante : : les abords de gares (gare de l’Est, gare Saint Lazare, Gare de Lyon) et leurs odeurs. Parmi ces propositions qui ne sont que de simples (mais compréhensibles) exutoires, rien de très innovant hormis quelques lieux communs de la bonne conscience urbaine, archi-policée

Du côté de l’Inde, Bollywood a trouvé la parade, à grand spectacle, bien évidemment :

Les Allemands, à Hambourg, sont plus mesurés. Une initiative citée dans les propositions, intéressante à retenir.

On voit aussi des nouveaux mots fleurir comme « urination« . Les langues se délient, tout comme les bourses et les urètres ! Et puis, la guerre des sexes en a bien sûr pour son argent.  Un régal !

Le syndrome hygiéniste est encore bien présent chez nos concitoyens. Personne ne parle des conditions des gens qui vivent dans la rue et du travail de fond à faire à tous les niveaux : pouvoirs publics, associations, habitants. Le karcher magique ne peut pas tout et les réponses ne seront pas uniquement techniques, elles devront être humaines. Aussi.

Jardincroyable : un jardin collectif ouvert pour la place ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le projet de Jardincroyable, jardin collectif ouvert sous les arcades de la place Henri Frenay est proposé sur le site idee.paris, dans le cadre du prochain vote du budget participatif de Paris.

Les Zindigné(e)s n°19 - novembre 2014

Télécharger le dossier

Soutenez le Jardincroyable sur idee.paris

Nous invitons tous les habitants du quartier de la gare de Lyon et du 12e arrondissement à soutenir ce projet jusqu’au 15 mars 2015, date de clôture de la collecte des projets.
RENDEZ-VOUS SUR IDEE.PARIS

N’hésitez pas à commenter et amender ce projet. A venir nous aider si vous souhaitez prendre part directement au projet.

Merci de votre soutien et de votre participation.

#NotreBudget : agir sur le cours de la place

bp-fev-mars-2015

L’Internet prend tout son sens quand il nous rend ACTEURS, quand il nous (re)donne du pouvoir d’agir sur le plan local. Ça tombe bien, il existe aujourd’hui plein d’outils numériques pour (re)prendre notre destin local en main.

Vos idées, vos projets pour la place Henri Frenay

Agir sur le cours de sa ville : n’est-ce pas un super pouvoir dont on rêve un jour où l’autre ?

Depuis quelque mois, une dynamique est lancée à Paris pour permettre aux habitant-es de passer à l’action : le budget participatif (v. l’épisode précédent de septembre 2014).

Jusqu’au 15 mars prochain, on franchit un cap : cette fois, les Parisien-nes proposent leurs propres idées sur le site idee.paris en vue d’un prochain vote en septembre.

Chiche on le fait !

Et si on prenait la balle au vol ? Et si on proposait, nous aussi, des idées pour mieux équiper notre ville, notre arrondissement, notre quartier, la place Henri Frenay ?

Des ateliers pour proposer vos projets

Venez découvrir avec nous le site idee.paris pour, vous aussi :

  • découvrir les projets que des habitant(e)s proposent (+ de 1900 à la date de publication de cet article)
  • soutenir des projets qui vous plaisent
  • proposer vos propres idées, vos propres projets

12 ateliers gratuits sont à votre disposition pour prendre en main le site, mettre en forme vos idées, réagir aux projets des autres.

Calendrier des ateliers

Calendrier des 12 ateliers du 18 février au 15 mars 2015
3 MARDIS
14h-16h
3 MERCREDIS
18h-20h
2 JEUDIS
14h-16h
4 VENDREDIS
14h-16h
24 février 18 février 26 février 20 février
3 mars 25 février 12 mars 27 février
10 mars 11 mars 6 mars
13 mars

plan-annexe

On peut vous aider !

Au Relais 59, on a l’habitude de monter des projets et de les faire avancer à l’échelon local. Si vous avez des idées (vous, vos enfants, des parents, des ami-es…), mais que vous n’êtes pas à l’aise pour les mettre en forme ou que l’outil informatique et Internet vous pose un problème, nous sommes là pour vous aider !

N’hésitez pas à nous solliciter ou à venir (seul-e ou en famille) à nos ateliers Internet gratuits.

Soutenez le Jardincroyable sur idee.paris

Notre projet de Jardincroyable, jardin collectif ouvert sous les arcades de la place Henri Frenay est proposé sur le site idee.paris, dans le cadre du prochain vote du budget participatif de Paris.

Nous invitons tous les habitants du quartier de la gare de Lyon et du 12e arrondissement à soutenir ce projet jusqu’au 15 mars 2015, date de clôture de la collecte des projets.
RENDEZ-VOUS SUR IDEE.PARIS

N’hésitez pas à commenter et amender ce projet. A venir nous aider si vous souhaitez prendre part directement au projet.

Merci de votre soutien et de votre participation !

Les conditions pour participer

  • Habiter Paris
  • Pas de limitation d’âge ni de nationalité
  • Proposer un projet d’investissement (équipement d’intérêt général)
  • Proposer un/des projets individuellement ou collectivement

Aujourd’hui et ce week-end, je lâche mon portable

LES 15e JOURNÉES MONDIALES SANS  TÉLÉPHONE PORTABLE & SMARTPHONE  6-7-8 FÉVRIER 2015Avant de faire un inventaire des antennes relais déjà présentes au-dessus de nos têtes, place Henri Frenay, réjouissons-nous, car c’est, aujourd’hui 6 février, la saint Gaston.

Ben et alors ? C’est quoi ? La fête de Franquin ? La journée de la glande ? Le festival de la maladresse ? Mheu non, m’enfin ! Rappelez-vous la chanson de Nino : Gaston ça rime avec téléphon.

L’écrivain Phil Marso est, depuis le 6 février 2001, à l’initiative de ce rendez-vous qu’il juge citoyen. Il propose trois jours de réflexion (6-7-8 février 2015) sur ce qu’il appelle le « Mobilou » et les psy spécialistes des addictions électroniques le « doudou numérique ».

Encore une bonne occasion de ralentir, encore une occasion de faire un pas de côté pour se poser et réfléchir à nos pratiques du numérique et aux changements (pas souvent très utiles) que ces nouveaux prozac ont opéré sur nos comportements et sur la vie de notre planète.

N’essayez pas de m’appeler prochainement car je risque de faire le mort.

Pour qui sont ces antennes qui sifflent sur nos toits ?

Antenne relais place Henri Frenay - Paris 12e

On commençait à s’ennuyer ferme ces derniers temps sur la place Henri Frenay. Nos appels pour des rencontres-actions lancés en juillet et en septembre (fête du Relais 59) n’avaient déplacé personne et notre motivation était retombée à la hauteur des chevilles. « Mettez des affiches dans les immeubles. Les gens n’attendent que ça, ils me demandent souvent » me répète un restaurateur de la place, chaque fois que je passe le saluer.

Un silence assourdissant des habitants

Certes, les e-mails ne peuvent pas tout, mais considérons que les gens de la place qui nous connaissent, et qui ont participé aux rencontres précédentes (un noyau dur d’une dizaine de personnes) peuvent aussi venir nous voir, histoire de montrer un peu d’intérêt à la dynamique que nous avons initiée avec eux en avril 2014. Envoyer une réponse, poster un commentaire sur ce site, juste pour dire « désolé(e), je ne pourrai pas être là, mais je suis de tout cœur avec vous » ne coûte pas grand chose. Le silence, comme témoignage de l’indifférence, de la part de ceux qui vous ont manifesté de l’intérêt est toujours difficile à recevoir, même quand on a l’habitude.

Rappelons que nos rencontres-actions, menées dans le cadre d’une redynamisation de la place Frenay, ont pour but que les gens se prennent en main. C’est ce qu’on appelle le pouvoir d’agir ou empowerment. En cas de besoin, nous sommes là pour les aider à structurer leurs actions et à les faire connaître dans notre réseau local.

Une association d’habitants renaît

Justement, quand ils ont besoin de nous, ils savent nous solliciter. La preuve, c’est qu’en novembre j’étais contacté sur mon téléphone personnel par une habitante de la place qui avait participé à nos rencontres d’avril et mai 2014. Deux jours avant la date prévue, celle-ci me demandait d’accueillir, dans notre local, une réunion servant à réactiver une association de locataires de la place, créée au début des années 2000 [1].

La nouvelle et la demande étaient réjouissantes. En écoutant ce message le jour où devait se tenir la réunion, j’avais eu le sentiment que le travail sur le pouvoir d’agir des habitants n’avait pas été tout à fait vain. Je l’avais donc rappelée dans la foulée, mais j’avais malheureusement dû décliner sa requête, parce que trop tardive et précipitée. Il se trouvait, pour une fois, que j’allais pouvoir dîner avec ma famille le soir-même, car je quittais le travail avec seulement quarante cinq minutes de retard !

Elle insistait pour que je reste et m’enjoignait presque à verser une cotisation pour l’association arguant qu’il fallait un maximum de personnes présentes pour relancer la structure. Un quorum, probablement.

Pas facile de me faire entendre. Je sentais bien que j’avais jeté un froid en refusant. J’avais pourtant trouvé une solution de rechange en lui proposant de faire la réunion chez un des restaurateurs de la place.

Suite à la réunion, aucune information n’avait filtré, aucun compte rendu ne m’était parvenu.

Nouveau silence.

J’avais donc fini par envoyer un message début décembre à cette même habitante. « Notre réunion s’est bien déroulée et nous avons pu grâce à la représentativité des 10% de locataires remonter un bureau » m’avait-elle répondu. Une réunion avec la RIVP (le bailleur) et une autre avec la mairie du 12e semblaient aussi se profiler en janvier.

Deux bonnes nouvelles. En aurons-nous des nouvelles ?

Le retour d’une nouvelle nuisance

On commençait à s’ennuyer ferme ces derniers temps sur la place Frenay, quand v’là t’y pas que je croise jeudi 15 janvier une affiche, à moitié déchirée dans un des halls d’entrée d’immeuble de la rue Jean Bouton/Paul-Henri Grauwin. Puis une deuxième juste chiffonnée… et une troisième !

ILS REVIENNENT !
ATTENTION DANGER
TOUS
DANS NOTRE RUE
P.H GRAUWIN
A 8h DIMANCHE 7 DECEMBRE 18 JANVIER
POUR EMPÊCHER LA POSE
D’UNE ANTENNE SURPUISSANTE
SUR NOS TÊTES.
SOYONS NOMBREUX
ÇA SUFFIT !

Ils reviennent ? Une antenne surpuissante ? La Guerre des Mondes va-t-elle se rejouer sur la place Henri Frenay ? Ou peut-être les Envahisseurs ? Pour l’instant c’est plutôt Le Corbeau qui semble avoir cours dans notre Clochemerle parisien. Qui se cache derrière cette mobilisation ? Un(e) habitant(e) de notre immeuble ? La mystérieuse association qui vient de se réactiver ? La menace est-elle réelle ? Si oui, quelle force occulte en voudrait à notre santé, nous les habitants de la place ? La place Henri Frenay n’a décidément pas fini de nous surprendre. En digne héritière de l’ancien îlot Chalon qui l’a précédé, elle intrigue, manigance, effraie, trafique, fait jaser autant que frémir.

Un nouvel épisode vient de s’écrire dans l’histoire de la place. Un de plus. Une bataille se prépare-t-elle au sommet ? Comment les habitants réussiront-ils à empêcher l’installation d’un énorme micro-ondes juste au-dessus de leurs têtes ? Quelle écoute et quelle position prendront les pouvoirs publics ? Feront-ils jouer le principe de précaution ou laisseront-ils le champ libre à l’opérateur de téléphonie mobile ? Quels impacts à venir sur la santé des riverains ?

Pour le savoir, ne manquez pas les prochains numéros de cette nouvelle saga passionnante !

Et vous, vous en pensez quoi ?


Notes : [1] Cette association (dont j’ignore le nom) avait été très active à l’époque pour tenter de réduire les nombreuses nuisances qui existaient sur la place Frenay. Face au peu de réponses concrètes fournies par la SNCF, la mairie du 12e, la Ville de Paris et la préfecture, le collectif d’habitants avait fini par s’essouffler. Réaction compréhensible quand on est dans la situation du pot de terre contre le pot de fer.

Ensemble pour une qualité de vie dans le quartier de la gare de Lyon